marilyn-deret

Marylin DERET, Derédac

« Je ne voulais pas créer mon entreprise. Après avoir quitté Paris et mon poste dans une agence de communication, je voulais simplement trouver un « petit statut » pour pouvoir travailler en indépendante en attendant de décrocher un emploi sur Orléans. Mes recherches m’ont conduite à l’association Égée – que je remercie sincèrement –, qui m’a conseillé de me renseigner sur la couveuse d’entreprises… dont je n’avais évidemment jamais entendu parler. J’ai assisté à la réunion d’information collective le 6 janvier 2015, rempli le dossier d’admission dans la foulée et intégré la structure le 17 février. Durant ces quelques semaines, j’avais pris conscience qu’au fond de moi, je voulais tenter l’aventure de la création d’entreprise !

Si l’envie est nécessaire, elle n’est pas suffisante. Je savais bien que je n’étais pas prête pour faire le grand saut : peu de connaissances sur la création d’entreprise, les différents statuts, aucune notion en gestion et comptabilité, pas de réseau, peu de confiance en moi… La couveuse m’offrait l’opportunité privilégiée – et gratuite ! – d’aborder tous ces aspects avec l’aide de professionnels et sur une période courte.

Je n’ai pas été déçue. Les ateliers collectifs, animés par des intervenants de qualité, étaient très instructifs, pédagogiques et surtout interactifs : chacun de nous était invité à exposer son cas particulier, ce qui permettait d’obtenir des réponses, de trouver des solutions, de dégager des pistes de réflexion sur des points précis et concrets. C’est aussi dans ces moments-là que les « couvés », puisqu’on nous appelle ainsi, échangent conseils, astuces et autres trucs.

Les entretiens individuels sont des moments importants dans la construction du projet. Ma « référente », Élodie, était disponible, à l’écoute, encourageante, compréhensive, pragmatique, réactive, efficace et toujours pleine de bon sens ! On en manque un peu, parfois… Elle savait trouver les mots pour valoriser mes initiatives, me rassurer sur mes capacités, me pousser à faire plus, à aller plus loin. C’est justement ce qu’il nous faut quand la motivation faiblit et que le découragement guette.

Le reste de l’équipe est tout aussi accueillant et professionnel. Un détail qui n’en est pas un : chaque permanent de l’association connaît notre nom, même s’il ne nous suit pas personnellement. Ça fait chaud au cœur…

Quant aux autres couvés, l’organisation des ateliers nous amène à en rencontrer un certain nombre durant notre passage en couveuse. Entre nous, que de la bienveillance, de l’échange, du partage et de la bonne humeur. C’était à chaque fois un plaisir de les retrouver dans cette petite salle sans aération ni fenêtre, à l’odeur entêtante et au long mur écarlate… même pour un atelier compta à 9 heures du mat’ !

La couveuse est plus que la couveuse. C’est un réseau qui vous aide à faire vos premiers pas de chef d’entreprise. C’est tout naturellement chez les anciens couvés que je suis allée chercher mes premiers prestataires (et peut-être futurs partenaires et/ou clients ?). C’est tout simplement auprès des intervenants de la couveuse que je suis allée chercher les services professionnels dont j’avais besoin.

Voilà, mon Cape s’achève. J’aurais aimé rester un peu plus longtemps (on est bien chez vous…). Mais je n’appréhende pas ma sortie. Je suis prête. »

Site Internet :  http://www.deredac.com/

Témoignage de juillet 2015

Mentions légales - PES 45 | Une réalisation Touch For Diffusion